Rechercher
  • Olivier

Quand le moniteur devient élève.


L’exercice n’est pas toujours facile, alors pour se faire il faut trouver la bonne formule. L’intérêt de redevenir élève est d’aller chercher les petits trucs qui nous font progresser, les mots qui quelques fois nous manquent pour expliquer, faire comprendre un principe. Le fait de passer par la case « élève » est intéressant aussi pour ressentir le rythme des séances, la justesse des explications, la mise en place des ateliers. Bref, tout un programme.

Mais qui choisir ? Où aller ? Ne tergiversons pas, je choisi Umberto Pelizzari à Villeneuve la Garenne (comme le lapin).

Commençons par le lieu de pratique, au nord de Paris, le centre de plongée géré par l’UCPA.

Un bassin de 20 m de long à profondeur constante de 2m20 et 3 tubes côte à côte ; 20 m 5 m et 10 m. De quoi passer de bons moments, le tout dans une eau à 29°.

Maintenant le leader Umberto, appelons le par son prénom, 56 ans le bel âge, multiple champion du monde dans les années 90. 1er record d’un monde : 65 m en poids constant et 5min 33 en statique. Des performances de pionnier. Mais plus tard : 150 m en no limit, 131 m en poids variable, 80 m en poids contant et 7min 02 en statique. Umberto était le seul à avoir eu les 3 records simultanément.

Stage ouvert à tous,du débutant à l’expert, 22 inscrits.

Durant un jour et demi Umberto va nous faire partager sa passion de l’apnée avec un accent italien fort prononcé.

La première journée, oui, une journée de 12h tout de même, de 8 h du matin à 8 h du soir.

2 h en salle puis 2 h dans l’eau, 40 min de pause repas, puis 2 h de salle, 2 h dans l’eau et le reste de la journée en salle.

En salle, c’est facile, on écoute, Umberto lui, il parle, il parle, il parle, oui il parle beaucoup, mais heureusement il est intéressant. Son cheval de bataille : la compensation…Super, c’était secrètement un peu le but de ma visite.

On commence par une description fonctionnelle simple du corps humain, surtout la zone ORL et on explique ensuite ce qui va être le fil conducteur du stage : la charge - le relâchement des abdos - la compensation.

Vous avez compris ou pas ?

Cette phrase est un peu le Toc d’Umberto, celle qui va rythmer notre week-end.

Vous avez compris ou pas ?

Dans l’eau 2 groupes sont formés 12 et 12. Une heure de travail statique et une heure en immersion. Le travail en immersion c’est 34 descentes à 20 m dans la journée. Il vaut mieux soigner sa décompression et ne pas forcer sur ses oreilles.

Umberto est très exigeant sur la technique, il ne laisse rien passer :

le canard La position de la tête Le palmage Le demi tour

Rien n’est négligé. Il me rappelle quelqu’un…

Vous avez compris ou pas ?

Et on travaille la charge (le moyen de faire remonter de l’air des poumons vers la bouche, en faisant le son «M ». Il insiste fort sur le relâchement des abdos pour laisser l’opportunité au diaphragme de remonter et à la compensation d’être souple et fréquente.

Ne vous inquiétez pas, même à Hendaye on va en manger…

Vous avez compris ou pas ?

Le travail statique est sous traité. Umberto lâche 2/3 consignes à quelques sbires de la fosse pour diriger les séances. Les exercices sont à chaque fois différents. Le principe de travail est l’hypercapnie (garder un taux de CO2 élevé). Cela nous permet de beaucoup travailler sans faire des temps d’apnée trop long, on reste aux alentour de 50 % de notre Max.

Vous avez compris ou pas ?

Pour clôturer le stage, nous avons enlevé les palmes pour ne faire que des descentes à la brasse.

La brasse c’est beau, mais la brasse c’est dur…

Mais dans une fosse avec 20 m de visie, pas de houle, une eau à 29°, la vie n’est pas la même que par chez nous. C’est tellement facile que cela en devient indécent. La prochaine descente je la ferai dans une eau plus fraîche en repensant à tous les conseils pertinents qu’Umberto m’a donné et généreux comme je suis je vous en ferai profiter.

Vous avez compris ou pas ?

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout